Comment le deuil peut commencer

Le deuil est avant tout un chemin de guérison, de transformation.

Le deuil, je vous en parle de suite.
Mais avant tout…
Cet article est le 3ème d’une série de 30 (soit 1/Jour) qui s’inscrit dans un concours inter-blogueurs. Le 2nd article est ici.
La demande initiale est de se servir des IA. Je profite de ce challenge pour creuser le sujet de la transformation d’une douleur en une force .
A nos claviers et que le meilleur gagne !!!

Pilier 1 : Intégrer la réalité du deuil à faire

Intégrer la réalité du deuil pour aller vers la guérison est obligatoire.

Le deuil est un processus complexe qui survient après avoir vécu un événement traumatisant.
Que ce soit la perte d’un être cher, un accident, un abus ou tout autre événement qui a mis en danger notre santé physique ou psychologique, il est important de reconnaître et d’accepter les émotions qui en découlent pour pouvoir commencer le processus de guérison.

Il existe 4 piliers qui amènent à une transformation et guérison complète.
Je les ai moi même vécues et les expérimente encore.
Voici quelques étapes pour commencer le deuil et se reconstruire après un traumatisme.

1- Accepter le deuil :

La première étape pour commencer le deuil est d’accepter ce qui s’est passé.
Cela peut signifier reconnaître que l’événement a eu lieu et que nous ne pouvons pas le changer.

Il est important de se permettre de ressentir et d’exprimer nos émotions, qu’elles soient la tristesse, la colère, la peur, ou autres.

Parler de ce que nous ressentons peut être bénéfique, que ce soit à notre entourage, à un groupe de soutien physique ou en ligne de manière anonyme.

2- Demander du soutien dans le deuil :

Il est crucial de demander du soutien et de préciser la forme d’aide dont nous avons besoin.
Nous avons le droit de dire ce qui ne nous convient pas ou ce qui nous blesse, ainsi que de partager ce qui déclenche nos émotions pour éviter que nos proches ne les reproduisent involontairement.

Il est important de comprendre que notre entourage peut ne pas savoir comment s’y prendre et peut avoir besoin de ces informations pour nous soutenir de manière adéquate.

Il est également acceptable de mettre nos relations en pause pendant un certain temps si nous en ressentons le besoin.
Nous sommes libres de choisir notre façon d’être et de prendre nos propres décisions.

3- Considérer nos émotions face au deuil

Il est essentiel de considérer toutes nos émotions comme des messages et des guides.
Elles sont des indicateurs de notre état intérieur et peuvent nous aider à mieux comprendre notre expérience.
Il est important de ne pas minimiser nos émotions et de les accepter comme faisant partie intégrante du processus de deuil.

4- Comprendre le fonctionnement du trauma du deuil

Reconnaître que le trauma est la conséquence d’événements qui ont mis en danger notre santé physique ou psychologique est une étape importante dans le processus de deuil.

Le trauma peut être un événement unique ou répété, et il peut entraîner un stress aigu.
Les réactions au trauma peuvent varier, allant de l’agitation à la sidération en passant par la tristesse. Il peut également y avoir un état chronique de l’état de stress post-traumatique.

Il est également possible d’oublier certains souvenirs ou de se déconnecter de nos émotions en raison de mécanismes de protection psychique tels que l’amnésie traumatique ou les mécanismes dissociatifs comme la dépersonnalisation ou la déréalisation.
Il est important de reconnaître que ces mécanismes sont normaux et font partie de la survie.

5- Psychothérapie et deuil

La psychothérapie est un outil essentiel pour dépasser les blessures psychologiques causées par un traumatisme.

Elle offre un cadre sécurisant où l’on peut rencontrer son traumatisme en toute sécurité, en intégrant les émotions et en remettant le trauma à sa place dans le passé.

Ce travail de fouille peut être physiquement et psychiquement épuisant, mais il est encadré et respecte le timing et les besoins de ressources de chaque individu.

Différentes approches thérapeutiques peuvent être utilisées, telles que l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), la TCC (Thérapie Cognitive et Comportementale), l’hypnose, etc. L’objectif est de cheminer vers la résilience et d’apprendre à vivre avec les conséquences du traumatisme.

6- Deuil et fausses croyances

Les événements traumatisants peuvent entraîner des fausses croyances sur soi, sa vie, ses comportements, et ses capacités. Il est important de les identifier et de les travailler avec l’aide d’un coach ou d’un thérapeute.

En notant de 1 à 10 à quel point on y croit, on peut prendre conscience des croyances limitantes et les remettre en question pour favoriser un changement positif.

7- Médicaments

Les pathologies expriment souvent une souffrance psychique, et les troubles comportementaux peuvent être un moyen de refuge temporaire.

Pour éviter que ces comportements déviants ne s’ancrent, il peut être nécessaire d’envisager un traitement médicamenteux en complément d’une thérapie.

Que ce soit pour des problèmes de sommeil, d’anxiété, d’alimentation, d’humeur, il est possible de calmer les symptômes impactés avec l’aide d’une substance chimique ou naturelle, en suivant les conseils et l’avis du thérapeute.

Pourquoi passer par là ?

Il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles il est important de passer par un processus de guérison et de transformation après un traumatisme. Certaines raisons peuvent inclure :

  • Être coincé dans un état de stress avec des éléments déclencheurs au quotidien, entraînant une perte de contrôle et un sentiment de perdre sa dignité.
  • Faire face à une addiction, qu’elle soit liée au traumatisme ou non.
  • Lutter contre des troubles alimentaires qui peuvent être exacerbés par le traumatisme.
  • Se sentir bloqué dans sa vie et être incapable de surmonter la peur, l’injustice ou l’impuissance liées au traumatisme, ce qui peut entraver tout projet de vie.

Les avantages

En entreprenant un processus de guérison et de transformation après un traumatisme, on peut bénéficier de plusieurs aspects positifs, tels que :

  • Poser le paquet puant en faisant face aux émotions et aux souvenirs douloureux.
  • Nettoyer ce qui est en surface, en identifiant et en travaillant sur les fausses croyances et les comportements déviants.
  • Se libérer du sentiment d’impuissance et devenir plus fort(e) émotionnellement.
  • Cicatriser le passé et s’ouvrir à un avenir plus léger et plus épanouissant.

Conclusion

Il est nécessaire de passer cette première étape pour entamer ensuite le processus des étapes 2,3 et 4 dont je vous parlerai dans les articles suivants. Vous pouvez me contacter pour en savoir plus sur le programme d’accompagnement que je propose à contact@psychologie-motivation.fr

Si cette page vous a plu,partagez-la! ;)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.